Saxifraga paniculata subsp. laestadii

Saxifraga paniculata subsp. laestadii

Famille Saxifragaceae
Type: Vivace
Origine: Europe et Amérique du Nord
Zone de rusticité: 4
Exposition: soleil
Emplacement: auges, crevasses
Sol:

calcaire mais accepte les sols de pH neutre

Hauteur et étalement: 25 cm et 8 cm
Floraison: Juin - Juillet
Fruit: Abondance de semences, très fines en août-septembre
Couleur: Fleurs blanches
Propagation:

Germe facilement sous la neige, bouture de racines

Voici la saxifrage paniculée, est une plante très présente dans mon jardin. Cette plante alpine et subalpine, se couvre, à près d’un mois de fleurs blanches en été et légèrement tachetées de points de couleur rosée. C’est une plante vivace sans statut particulier, qui appartient à la section Ligulatae des saxifrages.

Elle a été souvent hybridée en nature et aussi par la main de l’homme. La saxifrage paniculée possède de nombreuses feuilles à la base, formant des rosettes composées de feuilles coriaces, ornées d’une fine dentelure blanche, causé par un minéral formé de sels calcaires sécrétés par la plante elle-même. Des biologistes modernes ont affirmé que cette sécrétion calcaire protège la feuille des parasites. D’autres encore mettent ces «dents de pierre» sur le compte de la faculté qu’ont les plantes de stocker leurs déchets en elles-mêmes, quelle qu’en soit la dangerosité (alcaloïdes, huiles essentielles, tanins… et pourquoi pas, sels calcaires).

Cette saxifrage vit dans les fissures de rochers. Habiter dans une falaise ne prédispose pas aux grands voyages pourtant on la retrouve en Norvège, Islande, Groenland, centre et sud de L’Europe, Caucase et le  Canada. De fait, près de la moitié des saxifrages de la flore française sont des espèces cantonnées à de petites régions montagneuses des Alpes ou des Pyrénées. Mais la saxifrage paniculée a voyagé : c’est la Christophe Colomb des saxifrages. Nous la retrouvons donc en Amérique. Ici, elle est considérée espèces arctique-alpines, indigènes au Québec.

 Elle et a été connue dans la Flore laurentienne sous les noms scientifiques de Saxifraga aizoon Jacq. 1778 et de Saxifraga paniculata subsp. neogaea (Butters) D. Löve 1968. Elle est une sous-espèce de la Saxifraga paniculata. Son nom scientifique reconnu est maintenant Saxifraga paniculata subsp. laestadii (Neuman) Karlsson 1997, avec comme nom vernaculaire la saxifrage de Laestadius.

Comme elle a beaucoup voyagé elle a pris diverses formes, elle est plus petite au Québec. Elle n’en demeure pas moins très résistante en zone climatique 4. Le plant peut atteindre au niveau de sa rosette 8 cm sa tige 25 cm de hauteur. En nature, au Québec, on la trouve autour du Golfe du Saint-Laurent en Gaspésie, au Labrador et dans le grand nord du Québec, sur des sols et des rochers calcaires. Avec surprise, je l’ai observé insérer dans un mur de pierres calcaires juxtaposées dans la région du Bas-Saint-Laurent. Mais elle accepte bien les sols de pH neutre. Ses semences germent facilement avec un séjour sous la neige. Elle est facile à cultiver et peu exigeante en matière organique. Un sol sableux, graveleux, au soleil, est garant de sa réussite. J’en possède plusieurs touffes que j’ai installées dans des fissures d’affleurement rocheux et dans des auges. Je vais les propager par bouture de racines

Auteur: Charles Charron