(extrait provenant d’un article écrit par l’auteur en mai 1995, voir notes bibliographiques)
Utilisées depuis des décennies, les auges permettent de créer de véritables paysages qui changent au fil des saisons.


Androsace chamaejasme
HAUT : 5-10 cm

La première auge nous viendrait d’Écosse. Une femme, pensant vaincre ainsi l’alcoolisme de son époux, aurait planté des joubarbes dans un petit tonneau à bière. Par la suite, les Anglais ont remarqué que certaines plantes, qui demandaient des conditions spécifiques mais peu de soins, poussaient mieux dans de gros contenants. Ils ont alors utilisé les mangeoires et auges à eau des animaux pour réaliser des milieux de culture spécifiques. Après avoir récupéré tous les vieux bains et éviers, ces contenants se faisant rares, ils ont développé l’« hypertuf ». Ce mélange de ciment et de matériaux naturels (tourbe et gravier) a été mis au point à la suite d’observations sur les besoins des plantes alpines faites lors d’excursions dans les Alpes. La plupart des Androsaces se plaisent dans une auge en hypertuf :



Androsace sarmentosa

HAUT : 10-20 cm
COULEUR : blanc à rose; en ombelle, juin-juillet
LUMIÈRE : mi-ombre, soleil le matin; prend le plein soleil en zone : 3-9
SOL : léger, bien drainé, pauvre, alcalin, frais ou mésique (sol ni humide ni trop sec)
USAGES : couvre-sol, banc de sable, rocaille, fissures, tuf, muret, auge, fleur comestible (attention, cette espèce est tellement robuste qu’elle peut servir de couvre-sol ou de substitut de pelouse)


Androsace sarmentosa var. sherriffii


HAUT : 4-10 cm
Certaines plantes s’habillent pour l’hiver; elles perdent leurs feuilles d’été pour se recroqueviller en un bouton laineux.


Où placer une auge?


Premièrement comme point focal dans votre aménagement.
Celle-ci doit être placée dans une situation éclairée et aérée. Tout endroit pavé, comme un patio, des marches ou une roche, convient très bien. Pour en faire un élément décoratif ou un point focal, l’auge doit être posée sur des briques ou sur une roche. Il est important qu’elle ne se fonde pas avec le pavé. La surélévation évite de boucher les trous de drainage et facilite l’aération. Il ne faut pas placer une auge sous un arbre ou sous le rebord d’un toit qui dégoutte.


Fabriquer ou acheter une auge?

Il est toujours possible de fabriquer une auge, mais c’est un procédé laborieux qui peut prendre jusqu’à quatre mois. Avant d’entreprendre cette aventure, il vous est suggéré de pratiquer la culture des plantes alpines. L’expérience que vous en tirerez vous guidera sur la composition, la texture et la structure des composantes d’une auge. De nombreux modèles et dimensions d’auges sont commercialisés à partir de 25$. Attention, il ne faut pas remplacer ce type de contenant par un matériau synthétique : les plantes en souffriraient. Une auge bien faite peu durer plus de vingt ans.

Le mélange de sol

Le milieu de croissance qui convient à la plupart des plantes alpines doit être le plus pauvre possible. Il est préparé à l’avance en mélangeant :

Le milieu de croissance qui convient à la plupart des plantes alpines doit être le plus pauvre possible. Il est préparé à l’avance en mélangeant :

  • 2 parties de gravillon lavé (0,3 à 0,6 cm);
  • 1 partie de sable grossier (0,5 mm);
  • 1 partie de sol à compostage

      
   L’auge est ensuite remplie de la façon suivante :

1.     Couvrez le trou de drainage avec un grillage ou des pots cassés.

2.     Ajoutez le gravier grossier jusqu’à un quart du volume de l’auge.

3.     Couvrez d’humus grossier sur une épaisseur de 2 à 3 cm pour empêcher que le mélange de sol plus fin ne coule à travers le gravier.

4.     Tout en plaçant vos plantes et les éléments décoratifs, ajoutez le mélange qui doit être compacté au fur et à mesure.

5.     Réservez 2 à 3 cm pour placer une couche de finition en dessous du feuillage et tout spécialement autour de la couronne de la plante.

La couverture de finition doit être réalisée avec un matériau minéral très aéré comme le gravillon lavé, la roche volcanique, l’argile cuite, etc. Une telle préparation permet de cultiver des plantes dans un milieu naturel tout en réduisant le besoin en désherbage et en conservant l’eau.


Mélange de sol et conditions de croissance

Le mélange de sol standard, fait de 75% de gravier et 25% de compost (ou de tourde de sphaigne), est le plus utilisé.

Il est facile d’y cultiver les plantes alpines habituellement commercialisées. Premières à être installées, elles sont de culture facile et vivront longtemps en auge. Des plantes qui s’adaptent à un sol graveleux pauvre, souvent sec, et en plein soleil comme la campanule à feuilles de bouleaux (Campanula betulifolia) ou le silène acaule (Silene acaulis) poussent dans ce mélange standard. Plantés entre des roches décoratives, les léwisias (Lewisia cotyledon) aimeront ces conditions de fissures sèches.

Campanula betulifolia

HAUT : 15-20 cm
COULEUR : blanc avec teintes roses, juillet-août
LUMIÈRE : au soleil en zone : 3-7
SOL : argileux, granuleux, drainé ou terre de jardin
USAGES : rocaille, couronne de muret, auge, muret, jardin alpin, fissure dallage, attire les papillons, pétales comestibles


Silene acaulis

HAUT : 1-4 cm
COULEUR : rose, juillet-août
LUMIÈRE : au soleil ou ombre légère en après-midi en zone : 3-9
SOL : drainé, frais et/ou humifère
USAGES : pelouse alpine, éboulis, lande alpine, talus, rocaille, fissure, couvre-sol (plante indigène du Québec)


Lewisia cotyledon

HAUT : 15-30 cm
COULEUR : rose, blanc, juin-juillet
LUMIÈRE : soleil en zone : 3-7
SOL : pauvre, drainé
USAGES : rocaille, auge, crevasse, muret


Il est aussi possible de varier la composition du mélange standard pour s’adapter aux besoins particuliers de certaines plantes. Dans un sol composé de 50% de gravier, 33% d’humus et 17% de compost pousse, en plein soleil, les saxifrages à feuillage incrusté :


Saxifraga canis-dalmatica

HAUT : 5-10 cm
COULEUR : blanc, avec de nombreux points rouge, mai-juin
LUMIÈRE : à la mi-ombre en zone : 2-7
SOL : humide, humifère
USAGES : pré alpin, auge, muret, tuf


Saxifraga longifolia

HAUT : 10-60 cm
COULEUR : blanc, mai-juin
LUMIÈRE : au soleil en zone : 3-7
SOL : calcicole, graveleux, drainé, sec ou pauvre
USAGES : rocaille, éboulis, contenant, auge, fissure, couvre-sol
 et, à l’ombre, la saxifrage à rosettes charnues (Saxifraga cuneifolia).


Saxifraga cuneifolia

HAUT : 10-15 cm
COULEUR : blanc, mai-juin
LUMIÈRE : à l’ombre en zone : 3-8
SOL : graveleux, acide et/ou humifère
USAGES : rocaille, crevasse, couvre-sol

Pourquoi utiliser les plantes alpines?

Le but recherché lors de la plantation d’une auge est de créer un petit paysage. Pour se faire, on utilise des plantes qui poussent à différents moments de l’année.

Bien des avantages Les auges étant constituées en grande partie de matériaux naturels, mousses et lichens s’installent sur des parois extérieures en moins d’un an. Rapidement, le jardin miniature ainsi créé peut être déplacé à volonté, au gré de la floraison des plantes. Un grand avantage de la plantation des plantes alpines en auge réside dans leur permanence et dans leur peu d’entretien. Pour plus de sortes de plantes alpines à utiliser en auge, consultez une liste plus complète l’encyclopédie des alpines au Québec

Bibliographie :

M Larochelle, mai 1996, Un paysage miniature, dans Fleurs, plantes et jardins.


M Larochelle, 2018, Base de données, plus de 600 plantes alpines adaptées à la culture au Québec, édition personnelle

Autres références :

visitez le kiosque de la SPARQ au rendez-vous horticole qui a lieu au Jardin botanique de Montréal la dernière fin de semaine de mai. Échantillons d’auges, vides ou plantées, conseils précieux d’experts…

sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *